“Cultures en Transition” et Ciné-Expériment’Action

Lafi Bala, l’Ouvre-Tête et le collectif ALIMENTERRE de Montpellier ont organisé le test d’un dispositif d’animation, inspiré des ciné-actions du Mouvement Colibris, autour d’un extrait du film “Cultures en Transition”.  Un RDV original en avant première du 7ème festival de films documentaires ALIMENTERRE qui se déroulera du 15 octobre à fin novembre 2013, en Languedoc-Roussillon et dans le reste de la France.

Accueillis par l’Ouvre-Tête, nous nous sommes retrouvés dès 19h00 lors de la distribution hebdomadaire des paniers de AMAP Papill’ons sur le campus universitaire Montpellier 2. Un repas avec les étudiants de la licence pro CEEDDR de Florac et l’ensemble des participants a été partagé.

IMG_3242.JPG

Le jardin potager de l’Ouvre-Tête sur le campus Universitaire

D’après Le Mouvement Colibris, les ciné-actions se “rapprochent plus d’une nouvelle manière d’être ensemble que d’un débat. Ils ont été imaginé pour accompagner la projection d’un film et susciter chez les spectateurs l’envie d’agir collectivement sur leur territoire. Plus qu’un simple échange, l’objectif est de découvrir des actions locales, de mettre en lien les acteurs et d’explorer les possibilités de coopération” et pourquoi pas envers les dits “non-concernés” au delà de nos cercles de convaincus…

Nous étions 50 participants à tester cette toute première adaptation d’un Ciné-Action. Merci à toutes et à tous d’avoir, de part votre participation, contribué à la réalisation de cette ambitieuse intention, et d’avoir été à nos côtés dans le grand saut de la création de ce nouvel outil!

Voici la méthodologie expérimentée et inspirée du Ciné-Action du Mouvement Colibris qui a été créé à partir du film de Coline Serreau:”Solutions locales pour un Désordre global”.

Nous avons, à notre tour pensé cette adaptation à partir d’un  film: “Culture en Transition” de la sélection 2013 du festival du film documentaire ALIMENTERRE.

PREAMBULE

Ce que nous allons vivre ensemble n’est pas un débat, c’est une nouvelle manière d’être et de réfléchir ensemble. L’idée est de dépasser le débat souvent réduit à un échange de points de vue, pour tendre vers des propositions qui  impliquent. Ceci n’est pas un remède miracle mais la tentative de faire un pas les uns vers les autres, et peut-être demain un pas vers d’autres, au delà du “cercle des convaincus”

Voici la trame méthodologique de l’animation, déjà amendée de quelques recommandations de participants :

TEMPS N°1> Regardons nous! Une première question…

Les participants se lèvent pour répondre favorablement.

“Qui connaît entre 20 pers et 15 pers? Entre 15 et 10pers? Entre 10 et 5 pers? Entre 1 et 5 pers? Qui ne connait personne?”

> Apprenons à mieux nous connaître!
  • “Partagez-vous au quotidien votre voiture, votre canapé, vos idées…?”
  • “Etes vous convaincus que l’on peut vivre mieux avec moins?”
  • “Pensez vous réinventez un peu plus votre métier chaque jour?”

Levez vous si vous répondez favorablement à ces trois questions.

On ne se connait pas tous. Pourtant nous avons déjà et pour certains des points communs…D’après Mathieu Baudin, vous faites partie d’une communauté…celle des “Conspirateurs Positifs”

Mathieu Baudin est un des acteurs majeurs de l’univers des créatifs culturels, historien et prospectiviste de formation, il est le directeur de l’Institut des Futurs souhaitables (IFs).

Selon lui et si vous répondez favorablement à ces 3 questions, vous avez sans doute en commun 4 caractéristiques, qui font de vous des pionniers du XXI ème siècle!

  • Hier vous étiez considérés comme des utopistes, aujourd’hui vous êtes des porteurs d’innovations peut-être même des entrepreneurs sociaux
  • Ces conspirateurs positifs ont en commun l’idée que l’avenir ne se prévoit pas mais se prépare, et que le futur apparaît comme le dernier des territoires vierges à conquérir.
  • Vous êtes de ceux qui sont passés du “je veux que ça change” à “je suis une partie de ce changement”.
  • Votre philosophie pourrait ressembler à… “Au pire ça marche”.

TEMPS n°2>Avec “Cultures en transition”, un film de Nils Aguilar, nous vous invitons à la découverte d’autres « Conspirateurs positifs »…Mais avant le début de cette projection deux questions:

  • “Si plus aucun camion ne circulait en France et en Europe, en combien de jour nos supermarchés seraient vides?” // 3 propositions: 48h? ou 4 jours? ou Une semaine?
  • “A votre avis, 1 litre de pétrole équivaut en énergie à combien d’heures de travail?// 8 heures? ou 24 heures? ou 30 heures? ou 48 heures?

TEMPS N°3>A toute à l’heure pour les réponses et Bonne projection!

A la fin de la projection!

TEMPS N°4>La parole est donnée à chacun des participants pour résumer et partager à chaud son ressenti à la fin du film…en un SEUL et UNIQUE mot. Chacun des mots est collecté sur paper board.

IMG_3264.JPG

TEMPS N°5 ou 2 bis>> Retour sur les deux questions qui ont précédé le film.

Les réponses:

  • 4 jours (donnée dans le film)
  • 1 litre de pétrole (11kwh) est équivalent en énergie à 30h de travail humain.

Source: Le blog de Thierry Abrial et aussi pour aller plus loin:Combien suis-je un esclavagiste?”

>Ces réponses permettent d’expliciter notre dépendance au pétrole et d’expliquer quelques enjeux ou notions abordés dans le film:

  • La nécessité de transition énergétique en vu de l’épuisement des ressources en pétrole (Peak Oil)
  • La nécessité de libérer sa créativité pour la mise en place  “d’îlots de développement alternatifs”
  • La notion de résilience – ci dessous “le développement résilient” expliqué par Dennis Meadows

TEMPS N°6 ou 4 bis> Revenons ici et entre nous!

>A partir de la collecte des mots, on demande à un ou deux participants d’essayer de dégager, un ou plusieurs, ensembles de mots et de trouver un titre pour chacun d’eux sous forme d’étude du champs lexical.

L’analyse du champs lexical des ressentis nous à permis de dégager “X” titres.

Il y a t-il ici et entre nous des actions et des alternatives existantes qui illustrent ces titres?

>Qui participe à une action locale concrète de transition. Pourriez -vous nous décrire son influence sur la vie locale ?
>A chaque témoignage d’action: réaliser un panneau pour la matérialiser puis demander qui connaissait cette initiative?

TEMPS N°7> Qui souhaite créer un lien de soi vers une initiative présentée? Pourquoi?

Distribuer un rouleau de rubalise au volontaire qui l’adressera au porteur d’initiative. Et ainsi de suite en fonction du nombre de volontaires. Elle ne doit pas se rompre et on ne la découpe pas.

IMG_3271.JPG

>Si nous souhaitons mieux peser sur les grandes décisions, devrions-nous être plus NOMBREUX que nous le sommes ou plus LIÉS entre nous? Pour alimenter la réflexion:

Une étude américaine sur les “acteurs de changement de société”, menée auprès de plus de cent mille personnes pendant une quinzaine d’années par une équipe dirigée par le sociologue Paul H.Ray (Université de Michigan) et la psychologue Sherry Ruth Andersson (Université de Toronto) affirme dans leur ouvrage “L’émergence des Créatifs Culturels”, qu’un certain nombre de citoyens américains vivraient d’ores et déjà dans un système de valeurs et de comportements complètement nouveau. Ils pensent globalement et agissent localement autour de (six pôles de valeurs) : l’écologie, le « bio » et les médecines douces, la reconnaissance des valeurs féminines, l’être plutôt que le paraître, la connaissance de soi, la vie intérieure,l’implication sociale, l’ouverture culturelle.

Combien sont-ils ?  24 % soit 46 millions d’américain!

Mais ce qui est surprenant, c’est que les intéressés ne connaissent pas leur force et se sous-estiment. Interrogés, ils se croient en moyenne 5% de la population. Les auteurs de cet ouvrage concluent en disant que la grande faiblesse des Créatifs Culturels est leur manque de conscience d’eux-mêmes en tant que groupe. Étant donné qu’il s’agit des personnes les plus dynamiques et les plus innovantes du pays…cela traduit un léger problème !”

Cela pose le constat suivant: les personnes identifiées sur les mêmes valeurs ne connaissent pas leur nombre. Ils n’ont pas conscience de leur puissance potentielle. Hors ce potentiel n’est pas que fonction du nombre, il y a aussi la capacité de synergies entre alternatives existantes et ses acteurs.

TEMPS N°8>>A ce moment, le choix entre deux options est proposé aux participants/ ou alors le choix est fait en amont par l’organisateur:

>Souhaitez vous engager une réflexion sur “Comment dépasser le cercles des convaincus et mobiliser plus largement les non-concernés?”. C’est le choix du “chantier du Nombre”.
>ou souhaitez-vous réfléchir ensemble sur “Comment créer de nouvelles synergies entre nous, entre alternatives existantes?”. C’est le choix du “chantier du Lien”.

Ce soir là, j’avais fait le choix du “chantier du Nombre”.

>Lancement d’un “3X8”, par groupe de 3 personnes maximum

-8 minutes sur la problématique des freins?

IMG_3281.JPG

-Chacun se déplace pour prendre connaissance durant 8 minutes des analyses des autres groupes exposées sur un mur.

IMG_3286.JPG

-De retour en petit groupe, 8 minutes pour décrire l’élaboration d’une action concrète à soumettre aux autres.

IMG_3284.JPG

TEMPS N°9> On demande qui souhaite présenter une action qui vient d’être réfléchie en petit groupe et qu’il juge concrète et réalisable rapidement. Après une rapide explication de l’action, on demande qui souhaite s’y impliquer.

TEMPS N°10> L’organisateur collecte l’ensemble des mails et coordonnées des participants. Il s’engage à documenter et rendre compte aux participants des échanges.

Pour se quitter, sur un petit clin d’oeil et clore le rdv, deux pistes… mais à vous de faire marcher votre créativité et de les partager!

  • S’inspirer du petit exercice de conclusion de Dennis Meadows lors d’une conférence (voir la vidéo précédente) sur le thème Actes Vs Paroles.
  • Le SCC de Colibris!

“Allez on essaye ? SVP, levez-vous, je vais compter jusqu’à trois et à trois nous allons faire un petit saut tous ensemble. OK ? 1.2.3 / hop / Super ! on recommence ? / Souvent le son s’ajoute au saut / puis une personne demande : « C’est quoi un SCC ? »  après le 3° saut, donner la réponse. Un SCC : c’est un Sursaut de la Conscience Citoyenne. La solution ? C’est de se lever et de faire un pas… même un petit ?”

Je vous invite à commenter, critiquer et amender cette méthodologie en rejoignant le fil de commentaires.

Jérôme Martin-2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *