Dans la famille “On veut changer le monde”…

…seriez-vous Laurent Voulzy ou Keny Arkana? Billet d’humeur 2010…Amis acteurs de changement, je vous propose une ballade sonore et réflexive illustrée par deux démarches artistiques et œuvres musicales :-). Laurent Voulzy et son titre “Le pouvoir des fleurs”…oui oui…

VS Keny Arkana et son rap “Ils ont peur de la liberté”

 

Ces deux artistes “engagés” évoquent leurs aspirations communes de changement mais semblent différer sur le ton, et derrière de méthodes…alors comment on s’y pend pour changer le monde?

Le poète VS l’écorchée?

Ou l’un ET l’autre? Dans le secteur de la solidarité internationale vous trouverez des deux, souvent côte-à-côte mais pas toujours d’accord…Tout comme chez les pédagogues dans lesquels je me compte qui ont fait le choix de l’éducation comme outil de transformation sociale. Parmi mes pairs il y a des poètes et des écorchés, parmi le public que l’on sensibilise, est représentée une grande diversité d’histoires et de sensibilités également…

Comment ne pas nous cannibaliser les uns et les autres? Mais faire le choix d’agir ensemble, l’un avec l’autre, car les énergies qui œuvrent au changement ne sont pas toujours renouvelables… Selon moi deux dangers guettent cependant le poète et l’écorchée…à nous pédagogues de les prévenir…et de travailler sur les représentations que réciproquement l’un porte sur l’autre.

Le poète pourrait voir dans le terreau des injustices notamment au Sud, une source d’inspiration inépuisable auprès des populations pauvres et opprimés. Sa plume y serait emprunte de compassion et gorgée de préjugés à son retour…“ils n’ont rien mais ils donnent tout…on devrait bien prendre exemple”….ou sur un air de Aznavour “il paraît que la misère serait moins pénible au soleil…”

L’écorché, enivré de rage et de colère face aux injustices du monde, pourrait être tenter de céder à l’impatience de changer les choses et radicaliser son action jusqu’à faire le choix de la violence. Et investir à court terme son énergie dans des actions de destruction…

Une vigilance permanente: s’appliquer à réaliser cette synthèse entre ces deux volontés, car nous auront autant besoin d’inspiration que d’énergie pour agir et expliquer les injustices d’ici et de là-bas… Et qu’éduquer au développement et à la solidarité internationale c’est autre chose que de faire adhérer à des slogans ou à des associations d’idées…et si peut-être c’était une tentative de transformer des histoires personnelles en force collective de changement… non-violente?

Et vous? Dans la famille “On veut changer le monde”, quel artiste vous encourage dans vos engagements: Keny ou Laurent , peut-être les deux…

Jérôme Martin-2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *