Débattre sans “arbitre” est-il possible?

Pour les uns, le débat est une joute où l’on cherche à convaincre l’autre, une partie qui se joue à plusieurs et qui se gagne seul…pour d’autres le débat est un outil privilégié pour raisonner ensemble, un exercice d’empathie pour tendre vers un dialogue et peut-être jusqu’à la résolution d’un problème…

Jeu de posture ou forge de l’intérêt général, force est de constater que le débat comme méthode éducative est souvent utilisé en éducation populaire ou en éducation au développement et à la solidarité internationale.

Dans les débats on retrouve une tierce, une personne en charge de la modération, une sorte d’arbitre qui a pour mission de faire respecter les règles, d’organiser les prises de paroles de chacun, d’assurer la participation du plus grand nombre, souvent de reformuler que l’on appelle “l’animateur”… Dans le cadre de formation et inspiré du Cercle Samoan, j’ai mis en situation de débat des participants… sans modérateur. L’idée: expérimenter des formes alternatives d’animation de débat…sans “animateur”!

Albert Wendt

Sons For The Return Home  (1973) du poète  et romancier samoan Albert Wendt

Le cercle samoan[pdf](1) est une technique de débat originaire des îles Samoa, situées en plein cœur du Pacifique Sud. Traditionnellement, il se déroule ainsi: un groupe de 6 à 8 personnes représentant des intérêts divergents initie le débat, assis à une table, au centre d’une assistance placée en cercle autour du groupe. Les personnes souhaitant participer aux échanges doivent faire signe à un des membres de ce premier groupe, prendre sa place, et présenter son argumentaire. Il participe aux échanges qui évoluent ainsi au gré des prises de parole des personnes qui viennent prendre place…

(1) Cette fiche a été conçue par EnVie Scolaire à partir des fiches ressources fournies par RECIT (réseau des écoles de citoyens).

Il fonctionne en quelque sorte  sur le principe d’une table ronde à laquelle chacun peut venir prendre la place des intervenants permettant ainsi une forme originale de débat participatif.

Dernière expérimentation en mai 2016 au Burundi lors d’une formation au méthodes d’animation participatives et d’intelligence collective à l’initiative du CCFD-Terre Solidaire.

“Comment limiter l’ingérence occidentale dans les affaires du continent africain?” était la thématique choisie par les participants.

CCFD BURUNDI CERCLE SAMOAN

On dispose dès le départ une chaise de plus que le nombre de débatteurs. Chacun est libre de rejoindre le petit groupe à tout moment…mais une chaise vide doit toujours rester disponible…ce qui implique le départ volontaire d’un des débatteurs.

Au bout de 45 minutes de débat sans modérateur …toujours pas de conclusion.

En revanche, cette mise en situation a permis aux participants d’interroger les fonctions et postures du modérateur d’un débat. Mais aussi de se confronter par soi même et au sein des autres, à l’exercice difficile d’auto-régulation de son propre engagement dans le débat…

Elle illustre enfin, un des principes qui a régie cette semaine de co-formation entre pairs, dédiée au renforcement des capacités d’animation des participants:

  1. Expérimenter/c’est-à-dire être mis en situation et vivre l’animation
  2. Un temps dit “Méta” dédié à l’analyse critique de l’outil. D’abord entre participants et en petits groupes (intérêt et limites de l’outil) puis avec le formateur-animateur de la mise en situation (hypothèses et questionnement des participants envers les choix d’animation du formateur)
  3. Quelles opportunités de ré-investissement dans les contextes respectifs des participants? C’est-à-dire comment “tordre” l’outil pour qu’il s’inscrive de manière pertinente dans le contexte d’intervention et auprès des publics des associations participantes?

Découvrir d’autres approche du débat

Débattre autrement. C’est l’objectif du débat citoyen animé par Henri du CRID et du programme Une seule Planète à découvrir ici

Jérôme Martin

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *