On a testé pour vous, décider au “consensus forcé”

Les jeux-cadres sont tout simplement des jeux à remplir de son propre contenu et intentions pédagogiques. Ces outils ont été conceptualisés par Sivasailam Thiagarajan, appelé Thiagi. Il est indien d’origine, vivant aux États-Unis et spécialiste des activités interactives en formation. En France, ces méthodologies ont été plus largement diffusées par Mieux-Apprendre créée par le pédagogue Bruno Hourst.

De 5 en 5 vers un consensus forcé…

Que peut bien donner une méthodologie imaginée par un américain d’origine indienne, animée par un français auprès de burundais…Et bien voilà!

Afin de recueillir ce qui n’est pas tout à fait les attentes des participants mais plus précisément les questions qu’ils souhaiteraient impérativement aborder avant la fin de la formation, j’ai fait le choix “de5en5[pdf]”.

Ce jeu-cadre permet aux participants de rechercher des idées sur un sujet, de confronter les idées d’un groupe et de classer les idées par consensus forcé. C’est-à-dire par la même occasion d’expérimenter une autre manière de prendre des décisions ensemble.

Déroulé de la séquence

On débute par énoncer clairement le sujet. Si nécessaire, répondre aux questions des participants pour clarifier le sujet. Ici, le sujet est une question:

Quelles sont les questions auxquelles vous voudriez absolument repartir avec des réponses en fin de formation?

Phase 1:

  1. Recherche personnelle : pendant 5 min, chacun des participants prépare seul une liste d’idées reliées au sujet.

de-5-en-5-burundi-jerome-martin

  1. Recherche en petit groupe : former des groupes d’environ 5 personnes ; donner 5 min pour générer une longue liste d’idées en rassemblant toutes les idées du groupe ; avant la fin du temps imparti, faire réduire la liste aux 5 idées qui semblent les plus intéressantes à l’ensemble du groupe.

burundi-5-en-5-education-populaire-ccfd-terre-solidaire-jerome-martin

  1. Travail en groupe complet : chaque groupe donne à tour de rôle une idée de sa liste (une idée qui n’a pas déjà été proposée par un autre groupe). La paraphraser (avec l’assentiment du groupe) si nécessaire pour la raccourcir, et l’écrire au tableau.

Il s’agit de continuer ainsi jusqu’à avoir au tableau une liste de 10 idées, que l’on numérote de 1 à 10 ou à laquelle on attribue une lettre.

Phase 2:

  1. Consensus forcé : on laisse de côté les listes des groupes et on s’intéresse à la liste générale. Chaque groupe se concerte pour choisir quelle idée sera la plus choisie. Les groupes doivent donc choisir non pas l’idée qu’ils préfèrent, mais celle qui aura la préférence du plus grand nombre de groupes. Chaque groupe écrit le numéro de l’idée choisie sur une feuille.

ccfd-burundi-formation

  1. Score : chaque groupe dit son choix. On met une croix (ou des points) près de l’idée chaque fois qu’elle est choisie. Le score de chaque équipe est égal au nombre d’équipes (donc de croix) qui ont choisi leur idée.
  2. Résultat : souligner l’idée qui a le plus de croix, en marquant qu’elle est n° 1 de la liste finale. Elle sort alors du jeu. Ainsi de suite!

 burundi-formation-jeunesse-et-education-populaire

Le classement est le suivant:

  1. Comment les organisations de jeunes pourraient travailler ensemble pour maximiser leurs résultats?
  2. Comment adapter le contenu de cette formation pour différents publics?
  3. Quelles stratégies pour lutter contre le chômage des jeunes dans un univers peu favorable

La question arrivée en tête de classement a été traitée par l’ensemble des participants à travers un autre jeu cadre appelé “Cherchons ensemble”. La seconde pose l’enjeu de “socialisation” des contenus et acquis de la formation (la réelle capacitation des participants). Elle fait l’objet d’un suivi après la formation et du travail de capitalisation. Quand à la troisième, elle n’a pas été directement traitée lors de la formation.

La question du leadership a été traité notamment dans l’atelier découverte du débat mouvant. “Comment limiter l’ingérence occidentale dans les affaires africaines?” a été l’objet d’un débat sous forme de cercle Samoan.

La prise de décision par consensus forcé c’est à dire choisir non pas l’idée que je préfère, mais celle qui aura la préférence du plus grand nombre  a été un exercice original favorisant la capacité d’empathie des participants. Elle ne semble pas pour autant s’imposer comme une alternative crédible de prise de décision pour les participants.

Jérôme Martin

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *