Salut,
Je suis Jérôme Martin et auteur de ce blog. Je suis animateur et formateur en éducation au développement et à la solidarité internationale! Oui je sais il y a plein de mots gentils et sympathiques dans ce métier…Nous sommes quelques uns à faire ce métier passionnant au carrefour de l’éducation et des problématiques de solidarité internationale, de développement et de la citoyenneté. En 2009, je me suis lancé avec l’aide de Thomas Hémery dans la création d’un blog dédié à ma pratique professionnelle et j’ai adoré. En 2016 solidairesdumonde.org, la plateforme initiée par l’AFD qui hébergeait mon blog ferme…flûte…j’y avais écrit 196 articles et obtenu 383 commentaires! Merci à toutes celles et ceux qui ont suivi mes publications.
Voici donc mon nouveau blog qui a recueilli une partie (seulement) de mes articles passés. Je continue depuis à partager mes trucs et astuces d’animateur, mes terrains d’intervention et mes récits de pratique! Il y a même des outils à télécharger!

Enjeux et défis de la pratique éducative qui a le plus de prépositions dedans…

…j’ai nommé l’éducation au développement et à la solidarité internationale! Premier défi faire comprendre de quoi on parle…

Pour moi, l’éducation au développement et à la solidarité internationale a pour but de favoriser la prise de conscience et l’engagement « ici » au Nord, en faveur d’une solidarité génératrice de changements durables « là-bas », au Sud…Aujourd’hui (et oui je suis pas tout jeune!) beaucoup parlent d’Education à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale, d’Education au[x] développement[s], d’Education à la Citoyenneté Mondiale ou encore d’Education aux Autres et au Monde…

Bon tout ça c’est un peu “same same but…” comme dirait un ami… Mais quand même, pour moi l’histoire du développement et des relations Nord-Sud sont des constituantes de cette “éducation à”…Bon même aussi passionnant est-il, on va pas refaire le débat ici, du moins sur ce blog!

3 convictions qui m’animent #Irl et habite ce blog

>Ecrire sur sa pratique: une valeur et un outil.

La documentation ou “écriture” des pratiques et méthodologies éducatives et pédagogiques est une préoccupation partagée par l’ensemble des acteurs. Cependant c’est un exercice délicat et exigeant qui va au-delà du rendre compte et du rapport d’activité. C’est pour moi une valeur et un double levier de changement : mettre en récit sa propre pratique pour l’analyser, et la rendre partageable pour peut-être, inspirer.

>Avec presque rien ont peut apprendre sur presque tout.

Vous êtes en train de vous demander d’où je sors ce  fringant slogan …et bien c’est une diaphore et c’est moi qu’il ait inventé! Bref, c’est pas l’outil qui fait le formateur comme dirait Annick! J’aime animer avec trois fois rien…des citrons, des sacs en papier, de la rubalise et même avec un caillou, si si je vous jure, invitez moi et on fera ensemble! C’est aussi ma façon de dire que l’on est tous différents et tous capables!

>Faire des injustices et des initiatives des uns, l’affaire de tous.

Concerner nos concitoyens sur des réalités lointaines (sociales, culturelles et géographiques) est un exercice difficile.
Voici les chemins que j’essaie d’emprunter, un peu comme une boussole pour mon action:

  • inventer des nouvelles formes d’écriture (transmédias) pour dépasser les slogans, les poncifs
  • promouvoir et médiatiser les initiatives de ceux qui essaient et réussissent
  • expliquer les causes et ne pas se limiter à la dénonciation des stigmates des inégalités et de la pauvreté
  • déconstruire les amalgames, les stéréotypes et les préjugés
  • faire vivre nos valeurs de solidarités et non de générosité
  • donner des pistes concrètes d’agir d’ici au nom d’une solidarité internationale
  • encourager l’analyse critique de l’aide au développement et de la coopération internationale (de ses motivations à ses réalisations)

I have a dream!

Celui d’une coopération respectueuse des singularités de chacun avec la responsabilité réciproque de jouer un rôle dans le développement et la libération de l’autre. C’est beau hein!

Cette vision ci de la coopération internationale n’implique-t elle pas une remise en cause des échanges Nord/Sud et des stratégies d’aide au développement ? Le Nord s’est investi d’une responsabilité et se pense légitime dans l’aide au développement des pays du Sud. Mais, crée t-il des espaces où le Sud a une responsabilité dans l’amélioration des pratiques de développement, des espaces où le Sud apprend et apporte au Nord ? Le Nord est-il capable de reconnaître le Sud comme un égal légitime dans la recherche d’alternatives au mal développement générateur d’inégalités tant au Sud qu’au Nord ?

L’un des enjeux qui m’anime depuis près de 12 ans à présent est de comprendre comment appuyer avec éthique et pertinence les initiatives du Sud et de cerner son rôle dans le développement d’alternatives au Nord, notamment en terme d’éducation….Tout un programme quoi!

Voilà un peu le pourquoi du comment de l’url de ce blog.

Merci d’avoir lu jusqu’ici!

Jérôme Martin